Crise du Horsegate…

Viande de cheval : la restauration n’est pas épargnée

Le 12 mars 2013

 

L’étude Nielsen révèle que 39% des acheteurs se détournent durablement du segment plats surgelés à base de bœuf, s’ajoutent à ces  pertes 1,3 million d’euros pour les plats cuisinés frais et 400 000 euros pour  les raviolis en conserve.

 

Si 1 consommateur sur 7 (14%) déclare qu’il baissera sa consommation de plats à base de bœuf dans les restaurants, le résultat passe à 27% pour les fast-foods et 32% pour les cafétérias. L’enjeu pour ces formats de restauration consiste donc à capter ces clients, quitte à les faire opter pour d’autres types d’aliments.
Sébastien Monard, analyste consommation et grande distribution chez Nielsen, déclare: « Entre la pression exercée sur les prix et la recherche de la qualité des produits, il sera intéressant d’observer comment évolue effectivement le comportement des consommateurs sur le reste de l’année 2013. Notre dernière étude sur les achats de produits frais en Europe montre notamment que la majorité des Français (68%) préfèrent acheter leur viande fraîche dans les hypermarchés et supermarchés, des circuits qui offrent un très bon rapport qualité prix. Le circuit des boucheries, qui séduit 14 % des Français, est privilégié pour la qualité de la viande proposée mais il est aussi plus coûteux. La crise du « Horsegate » va bien sûr affecter le comportement des Français sur les prochaines semaines mais les conditions économiques actuelles ne peuvent être ignorées et les Français devront aussi faire des arbitrages entre prix et qualité« .

Source : HR infos

About The Author

No Comments