Ramus Kofoed du Danemark remporte le Bocuse d’or 2011.

24 chefs issus de 24 nations différentes se sont affrontés sur deux jours, hier et aujourd’hui, dans l’espoir de remporter le Bocuse d’Or. Après ces intenses heures de compétition, le jury s’est prononcé. Le 13e vainqueur du Bocuse d’or est Rasmus Kofoed, qui défendait les couleurs du Danemark. Chef-propriétaire du restaurant Geranium à Copenhague, le nouveau Bocuse d’or en est à sa troisième participation. Il avait remporté le Bocuse de bronze en 2005 et le Bocuse d’argent en 2007. Le Bocuse d’argent 2011 revient à Tommy Myllymäki, en provenance de la Suède. Le Bocuse de bronze récompense Gunnar Hvarnes, de la Norvège. Le prix spécial Poisson a couronné Franck Giovannini pour la Suisse. Quant au prix spécial Viande, il revient au Français Jérôme Jaegle. La France est donc absente du podium pour la quatrième fois depuis la création du concours (précédemment en 1989, 1993, 1997). Une remise des prix toujours sous tension, à la hauteur de l’enjeu, devant des caméras du monde entier et en présence de Paul Bocuse, son président-fondateur, Yannick Alléno, président d’honneur et Geir Skeie, président du jury international et Bocuse d’or 2009.

Agneau et lotte

Les candidats ont tous gagné la reconnaissance du public qui les a vus donner le meilleur d’eux-mêmes. Pour arriver à ce stade, ils ont travaillé comme des forcenés pendant des mois. D’abord pour obtenir la qualification nationale, puis continentale. A Lyon, ils ont vécu l’épreuve finale devant un public en délire qui n’a jamais été aussi nombreux. Le concours a pris place dans le nouveau Hall Paul Bocuse, tout juste inauguré en présence de très nombreux chefs étoilés venus rendre hommage à Monsieur Paul. Un espace conçu dans une logique éco-responsable qui s’étend sur plus de 10 000 m2. Aussi les tribunes accueillent cette fois 2 400 personnes. Pas une place de libre bien sûr. Et toujours des gradins très animés. La foule des supporters était déchaînée. Devant eux, les candidats (12 par jour) devaient préparer deux plats en 5 h 35.
Un plat viande : 2 selles d’agneau d’Ecosse IGP avec les rognons et une épaule d’agneau d’Ecosse IGP.
Un plat poisson : lotte entière avec tête, 4 tourteaux et 20 langoustines.
Le jury a rendu son verdict. Rendez-vous l’année prochaine pour la sélection du prochain candidat français.

Source : l’hôtellerie française

About The Author

No Comments